15/05/09 – gris, tout gris

tristes journées, tristes hommes que nous sommes… Nous nous
créons des vies bien compliquées alors que finalement il serait
si simple de
laisser parler nos coeurs. Pourquoi avons nous tant de mal à laisser déferler
nos émotions, nos rages et nos rires :
par peur du ridicule, par peur d’être faible ?
La route
est longue et bien souvent parsemée d’embûches ; restons sur les chemins de
traverse, oublions les autoroutes.
Il faut savoir se battre pour ce que l’on
aime pour ce pourquoi l’on vit ! Battons nous, avant que la vie ne décline et
qu’il ne nous
 reste qu’un goût d’amertume à notre dernier jour.
Publicités
Cet article a été publié dans tout à trac, en vrac.... Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s