24/01/09 – poésie

 Et l’amour…l’amour…
Peut-on se
passer du désir qu’on a de lui ? Existe t-il en dehors de l’instant ? L’amour,
le grand amour, le bel amour !
Il  me
tient au corps comme une ventrée de bonheur. Il me tient à la tête comme un
délire de fête. J’ai envie de lui, envie depuis toujours.
Une envie aussi
vieille que mes souvenirs et même plus vieille que mes souvenirs, une envie
aussi ancienne que ma mémoire, que mon oubli…
Extrait de
"une vie pour deux" 1978
Marie
Cardinal  (1929-2001)

Cet article a été publié dans poèmes des autres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s