L’infini renversé

Il m’a encore laissée là saoule et si fragile
Si peur de me perdre et de le perdre
Dieu que la vie peut être belle
Même quand l’été se meurt

J’ai ramassé les quelques souvenirs
Et j’allais les jeter au feu qui me glaçait
Quand il est revenu emmitouflé dans sa certitude
Le feu dansait dans ses yeux noirs
Et l’or incandescent sortait de sa bouche

J’étais de nouveau renversée par tant de beauté
Noyée dans la douceur infinie de l’attente
Heureuse d’être vivante et si fragile

Léo Ferré – l’amour fou

Cet article a été publié dans mes écrits.... Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’infini renversé

  1. fortlaurence dit :

    c’est toujours avec tendresse et émotion que ces lignes me touchent. j’aime te lire ma corinne. laulo.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s