Enfant de la ville

J’écoute Grand Corps Malade "enfant de la ville". Le tempo me parle, m’entraîne. Cette chanson me slame aux oreilles et me donne envie de retrouver la ville. Je l’aime, je m’y perd et m’y retrouve. J’y suis claquée de plein fouet au coeur, par le bruit, le mouvement de la foule. Je m’y noie avec délice, j’y marche emportée par une exubérance insatiable. J’y deviens tempête, bourrasque, éclat de rire. Je m’y sens au chaud, protégée du silence.

Enfant de la ville

Cet article a été publié dans tout à trac, en vrac.... Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s