perles de pluie

Le tiroir ne tient pas fermé, il s’est ouvert au regard. Au sourire dessiné sur les lèvres. Tout le contenu s’est répandu et je ne sais plus trier le pourquoi du comment, l’hier du demain.
Le tiroir ne tient pas fermé, il a laissé s’échapper ce que j’avais cru pouvoir ranger, les papillons sont sortis des chrysalides. Les fils de soie chatoyants sont venus enlacer mes mains, effleurer mes cheveux et mouiller mes yeux.
Les mots sont venus peupler le silence.
Perles de pluie fine, flocons givrés tombent sur moi en instants d’éternité nacrée.

Publicités
Cet article a été publié dans tout à trac, en vrac.... Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s